Faible infertilité à la progestérone

La progestérone est une hormone stéroïde qui est essentielle pour une conception réussie et une grossesse en santé. Cette hormone féminine est sécrétée par le corps jaune au cours du processus d’ovulation. Les glandes surrénales produisent également de petites quantités de progestérone. L’hormone stéroïde prégnénolone contribue à la production de progestérone.

La progestérone aide à la production d’autres hormones stéroïdes telles que l’œstrogène, le cortisol et la testostérone. Il continue à jouer un rôle majeur dans la régulation du cycle menstruel et la préparation de l’utérus pour la conception et la grossesse. Le terme progestérone tire son origine du mot latin gestare , qui signifie en réalité «porter ou porter». Cela suggère que la progestérone est importante pour créer un environnement fertile pour la conception, et aussi pour maintenir un développement sain de l’embryon.

La fonction principale de la progestérone est de préparer l’endomètre pour l’implantation de l’œuf. Une fois l’ovule implanté, le placenta en développement stimule le corps à produire de la progestérone afin d’empêcher le rejet de l’embryon en développement. Si la production de progestérone est insuffisante, l’endomètre peut se dissoudre et déclencher les règles.

Examinons de plus près son rôle, ses causes et ses aspects de détection, dans les paragraphes ci-dessous.

Rôle de la progestérone dans la fertilité

La progestérone joue un rôle crucial dans la grossesse féminine en fournissant un environnement adéquat pour une grossesse réussie. Il aide à la reproduction en stimulant certains changements dans l’utérus avec une augmentation optimale de la température corporelle. Il favorise une grossesse en santé en favorisant le développement tissulaire et l’apport sanguin dans la couche où l’embryon est attaché. Ainsi, il encourage la survie de l’œuf fécondé grâce à un processus d’implantation sain. La progestérone renforce et maintient l’endomètre, qui maintient fermement l’embryon tout au long de la grossesse. Il empêche également l’excrétion prématurée de l’endomètre, c’est-à-dire la menstruation.

La faible progestérone est l’une des principales causes de l’infertilité chez les femmes. Pendant le cycle menstruel mensuel, il y a une augmentation et une diminution remarquables des niveaux de progestérone. Au moment de l’ovulation, il y a une augmentation significative de son niveau. Si la fécondation n’a pas lieu, le niveau diminue. La réduction des niveaux d’œstrogène et de progestérone entraîne l’excrétion de l’endomètre. L’infertilité à la progestérone peut résulter d’une carence en progestérone ou d’une production excessive d’œstrogène. S’il y a une baisse remarquable des niveaux de progestérone au cours des 10 à 12 premières semaines de grossesse, cela peut entraîner des fausses couches. Il y a un risque d’accouchement prématuré dû à des niveaux extrêmement bas de progestérone pendant la grossesse. La faible progestérone empêche l’implantation de l’œuf ou la survie de l’embryon par l’excrétion de l’endomètre après l’implantation, et devient ainsi une cause majeure d’infertilité chez les femmes entre l’âge de 30 et 40 ans.

Causes

Il existe de nombreuses causes possibles de faibles niveaux de progestérone, comme la dominance des œstrogènes, la résistance à l’insuline, le stress chronique, l’exercice insuffisant, la consommation d’aliments riches en sucre et un régime alimentaire qui ne contient pas suffisamment d’éléments nutritifs.

Il provoque des symptômes tels que l’infertilité, seins fibrokystiques, dysfonction thyroïdienne, prise de poids, cycle menstruel irrégulier, caillots de sang pendant les menstruations, sécheresse vaginale, sensibilité des seins, maladie de la vésicule biliaire, hypoglycémie et rétention d’eau.

Détection

Les femmes qui connaissent l’infertilité ou une fausse couche devraient consulter un gynécologue. Le gynécologue suggère certains tests pour détecter les niveaux de progestérone. Il s’agit de vérifier le cycle de fertilité et le test sanguin pour déterminer le niveau de progestérone après l’ovulation. La faible progestérone provoque une courte phase lutéale (la période entre l’ovulation et le jour précédant la période suivante). Pour cette raison, la phase lutéale dure moins de 10 jours.

Un niveau de progestérone est mesuré pour détecter la grossesse extra-utérine et les fausses couches menacées, et pour surveiller la santé du placenta et du fœtus pendant une grossesse à haut risque. Il est également mesuré pour surveiller l’efficacité des injections de progestérone administrées pour maintenir la grossesse.

La faible progestérone peut être traitée avec des injections, des capsules et des suppositoires vaginaux. Crèmes de progestérone naturelles sont également disponibles, ce qui peut aider à préparer l’utérus pour l’implantation. Les femmes ayant des antécédents de fausses couches devraient opter pour des crèmes de progestérone naturelles peu après l’ovulation pour compléter la progestérone du corps. Cependant, il est essentiel de consulter un gynécologue avant d’utiliser de tels produits, car ses avantages sont discutables.