Faible taux d’œstrogènes chez les jeunes femmes: raisons probables et traitements

Les œstrogènes et la progestérone sont les principales hormones sexuelles féminines sécrétées par les ovaires. Des quantités variables d’œstrogène et de progestérone sont sécrétées pendant les différentes étapes du cycle reproducteur féminin. En fait, le début de la puberté chez les femmes, les changements corporels cycliques qui se produisent pendant le cycle menstruel et la grossesse, et même la cessation de la menstruation sont tous dépendants des interactions entre ces hormones sexuelles féminines. Alors que la ménopause, qui est la dernière étape du cycle reproducteur féminin, est caractérisée par de faibles niveaux d’œstrogènes, une carence en œstrogènes chez les jeunes femmes peut être révélatrice de certaines conditions médicales. Ci-dessous est quelques informations sur ce qui provoque de faibles niveaux d’œstrogènes chez les jeunes femmes ainsi que des moyens efficaces de traiter une carence en œstrogènes chez les jeunes femmes.
Raisons de la baisse des niveaux d’œstrogènes chez les jeunes femmes
L’œstrogène est la principale hormone sexuelle stéroïdienne femelle qui est sécrétée par l’ovule produisant des glandes sexuelles appelées ovaires. C’est la glande pituitaire qui stimule les ovaires à sécréter des œstrogènes. La capacité d’une femme à soutenir une grossesse dépend certainement de la sécrétion d’œstrogène et de progestérone. Ci-dessous est quelques informations sur les causes possibles d’une carence en œstrogènes chez les jeunes femmes.
Hypogonadisme : L’hypogonadisme est une condition dans laquelle les glandes sexuelles peuvent ne pas produire d’hormones ou produire des quantités insignifiantes d’hormones sexuelles. Cette condition est la raison principale derrière le retard dans le début de la puberté. Un déséquilibre hormonal, en particulier de faibles niveaux d’œstrogènes, pourrait être le résultat direct de cette condition. Les déséquilibres hormonaux qui résultent de cette condition peuvent provoquer des irrégularités menstruelles et entraver le fonctionnement des organes reproducteurs.
Troubles de la glande pituitaire : Puisque l’hormone folliculostimulante et l’hormone lutéinisante produites par l’hypophyse stimulent la production d’œstrogènes, les jeunes femmes souffrant de troubles de l’hypophyse sont également susceptibles de souffrir d’une carence en œstrogènes.
Graisse corporelle faible : On croit que les jeunes femmes qui ont reçu un diagnostic d’anorexie ou de tout autre trouble alimentaire qui apparaît comme un facteur contributif à un faible poids corporel sont plus susceptibles d’avoir de faibles niveaux d’œstrogènes. Pour la même raison, les athlètes féminines, qui effectuent des exercices vigoureux ou suivent un entraînement intense, peuvent également souffrir d’hypoestrogénisme.
Syndrome des ovaires polykystiques : Les femmes souffrant de troubles médicaux affectant la fonction ovarienne courent aussi un risque accru de développer une carence en œstrogènes. Syndrome des ovaires polykystiques est un trouble ovarien dans lequel le développement de multiples kystes sur les ovaires affecte le processus de l’ovulation, qui à son tour, peut rendre ces femmes sensibles aux problèmes d’infertilité.
Ménopause prématurée : L’insuffisance ovarienne primaire est une autre maladie qui se caractérise par une triade de faibles niveaux d’œstrogènes, des taux élevés de FSH et l’arrêt des règles. Puisque cette condition affecte les femmes qui ont moins de 40 ans, on parle aussi de ménopause prématurée. Les femmes qui ont subi une hystérectomie sont plus sensibles à cette condition. Ceux qui ont subi une chimiothérapie ou une radiothérapie de la région pelvienne peuvent également être plus sensibles à de faibles niveaux d’œstrogènes. Certains troubles génétiques ou maladies auto-immunes pourraient également être responsables de la diminution de la sécrétion d’œstrogènes chez les jeunes femmes.
Options de traitement pour la carence en œstrogènes chez les jeunes femmes
Les irrégularités du cycle menstruel, la fatigue, les sautes d’humeur, les douleurs articulaires, la perte de cheveux, les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes, la sécheresse vaginale et la réduction de la libido sont quelques-uns des effets secondaires fréquents des œstrogènes chez les femmes. Dans les cas graves, une carence en œstrogènes peut également contribuer à l’infertilité. Étant donné que l’œstrogène est une hormone sexuelle féminine essentielle pour les processus de reproduction, une carence en œstrogènes doit être traitée au plus tôt. Puisque les niveaux d’oestrogène peuvent tomber pour une large gamme de raisons, des tests de diagnostic doivent être effectués afin de déterminer la cause sous-jacente. Le stress peut également provoquer un déséquilibre hormonal, ce qui explique pourquoi les jeunes femmes ayant un faible taux d’œstrogènes doivent essayer des techniques de relaxation. Faire de bons choix liés au mode de vie aiderait certainement.
Dans le cas de femmes d’âge moyen, en particulier celles qui souffrent de ménopause prématurée, les médecins peuvent recommander l’utilisation d’hormones de synthèse ou de médicaments modulateurs sélectifs des récepteurs d’œstrogènes (SERM). Étant donné que les hormones synthétiques peuvent causer certains effets secondaires, les femmes doivent informer les médecins de tout effet indésirable. Certaines herbes ont également été trouvées efficaces pour soulager les symptômes d’une carence en œstrogènes. Bien que les herbes comme la luzerne, l’actée à grappes noires, le dong quai, l’aneth, le ginkgo biloba et le thym soient considérées comme utiles pour corriger le déséquilibre hormonal, vous devriez consulter un praticien à base de plantes concernant leurs effets. Les femmes souffrant d’une carence en œstrogènes doivent également s’abstenir de fumer et de boire de l’alcool. Suivre un régime sain va certainement contrer les effets d’une carence en œstrogène dans une certaine mesure.
Ce fut un bref aperçu des causes, des symptômes et du traitement des faibles taux d’œstrogènes chez les jeunes femmes. Alors que la ménopause est un processus naturel que les femmes doivent traverser, la ménopause prématurée n’est pas naturelle. Alors que l’hormonothérapie peut aider à restaurer les niveaux d’œstrogène à la normale, l’utilisation d’hormones synthétiques peut provoquer certains effets secondaires. Si les effets secondaires semblent être graves, on peut vérifier les alternatives à l’hormonothérapie, et faire certains changements liés au mode de vie afin de corriger cette condition.